CONCOURS UP-ALBATRE – PROJET D’URBANISME (2)

Atelier CAPACITES a participé au concours « Up Albâtre », avec pour ambition de concevoir un territoire exemplaire en matière de transition écologique et économique, et le plus autonome possible en matière de satisfaction des besoins essentiels de ses habitants. En voici le projet, en mots et en images.

Le projet :

L’objectif proposé est de développer un territoire auto-suffisant qui s’adapte aux changements climatiques en cours tout en créant du lien entre les habitants, les activités et le territoire. Le projet s’articule autour de 6 axes :

1- Faire le pari d’une agriculture locale auto-suffisante et créatrice de biodiversité :

Encourager la permaculture, l’agroforesterie, la vente de produits agricoles en circuit-court, le tourisme de produits locaux, la restauration collective à base de produits locaux, les labels locaux et les filières de recherche avec les universitaires sur l’érosion du sol.

2- Développer des mobilités douces alternatives à la voiture :

Proposer un réseau intermodal de mobilités douces interconnectées aux centralités et aux espaces à potentiel paysager. Il se compose d’un tracé de tram fret rural permettant de transporter des personnes et des marchandises de manière rapide et écologique, puis de voies destinées aux vélos et à la marche. Notre proposition consiste à planter des haies et des arbres en bordure, maintenant la terre, support de promenades et de production de bois.

3- Ancrer localement la vie économique :

Au-delà du besoin de créer de l’emploi, il s’agit de trouver une alternative à la nécessaire fermeture de la centrale. L’identité économique de la CCCA doit s’appuyer sur ses propres ressources. Les matériaux locaux (grès, briques…), recyclage de matières organiques et de matériaux de construction, transformation locale du lin sont autant de filières à renforcer et développer.

4- Adapter la forme urbaine des villes et villages pour réduire les effets des îlots de chaleur urbains (ICU) :

La morphologie joue un rôle dans la formation des ICU. Pourtant, elle est insuffisamment présente dans les politiques publiques. Il s’agit de prendre en compte la forme urbaine dans l’organisation des vides et des pleins. A titre d’exemple, nous préconisons des volumes bâtis de forme compacte, en L ou en U pour favoriser la circulation des masses d’air, une injection de poches vertes au sein et autour des centralités densifiées.

5- Promouvoir une vie locale diversifiée et attrayante :

Ce territoire rural a besoin de renouer des liens de proximité, à l’échelle des riverains et des populations isolées. Pour ce faire, nous proposons de créer des espaces physiques de rencontres inter-générationnels (espaces publics paysagers, promenades vertes, commerces et équipements, espaces de coworking…), une plateforme numérique de mobilité urbaine et participative pour faciliter le lien social, des événements à travers les jardins partagés et les cafés associatifs.

6- Vers une production énergétique auto-suffisante :

L’autonomie énergétique du territoire passe par la relocalisation de la production d’électricité en unités de production dans chaque commune. Se chauffer avec le bois ou les matières organiques est possible et les collectivités peuvent investir dans un chauffage collectif. Une filière de méthanisation pour créer du biogaz peut également être mise en place dans une logique de complémentarité.

Retrouver en intégralité les planches du projet « Terre de Liens »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s